Non classé

Et si on en demandait beaucoup à nos chats ?

Qu’il soit adulte ou chaton, à peine Minou arrivé à la maison, que plein de choses sont attendues de lui :

JE veux qu’il soit câlin,
JE veux qu’il aime les caresses
Je veux qu’il soit facile à soigner
JE veux qu’il m’aime
JE veux qu’il soit sociable,
JE veux qu’il soit sage,
JE veux qu’il s’entende bien, qu’il soit ami avec mes enfants/mes autres chats/mon chien,
JE veux qu’il soit joueur mais pas trop,
JE veux qu’il m’obéisse,
JE veux qu’il revienne quand je l’appelle,
JE ne veux pas qu’il grimpe partout,
JE ne veux pas qu’il fasse ses griffes sur mon canapé en cuir,
Je ne veux pas qu’il chasse,
JE veux qu’il sorte mais qu’il reste dans le jardin, 

etc…

La liste peut être longue…, très, très, TRES longue.

 

 

Bref vous voulez qu’il soit parfait ! Comme ce chat que vous aviez étant enfant et avec qui vous aviez une relation merveilleuse (était-ce réel ou est-ce votre mémoire qui vous joue des tour ? Ça c’est une autre question ). Comme ce chat de votre ami(e) et dont elle vous vante les mérites à chaque fois qu’elle vous voit. Comme ces chats de professionnels ou d’influenceurs que l’on voit sur les réseaux sociaux. Ou comme ce chat de race ou d’une couleur précise dont vous aviez toujours rêvé avant et que vous avez enfin adopté.

Consciemment ou inconsciemment nous projetons nos désirs sur votre chat. A mon sens, c’est une grosse erreur ! Pourquoi ? Parce que vous vous mettez une pression énorme ! Ces attentes ne font qu’engendrer du stress car pour y parvenir on met tout en œuvre., on donne à fond. Et en mettant toutes les chances de notre côté, on en oublie parfois la nature même de ce qu’est un chat (éthologiquement parlant), on oublie qu’il est un individu à part entière, qu’il est unique, on oublie même que le chat cet être vivant, sensible, absorbe nos émotions telle une éponge.

Et évidemment lorsque c’est un échec, déception, frustration, énervement, colère même, font leur apparition. «  Il ne m’aime pas », « Je ne suis pas récompensé par tous les efforts que je fournis pour lui », « On ne peut rien en faire ». Cela nuit à notre relation avec notre moustachu. 

Mais, lui aussi va stresser ! Vous y avez pensé ? Toutes ces attentes, toute cette pression que vous vous mettez, toutes ces contraintes vont rejaillir sur lui.  Et pour évacuer son stress, Minou va avoir recours à des comportements adaptatifs pour mettre fin cette tension. Comportements qui sont souvent inadaptés à notre vie en société et qui vont encore plus vous énerver, mais qui pour lui sont le seul moyen de vous dire « je n’en peux plus, je suis trop stressé! ».


Imaginez, vous vouliez un chat câlin, mais votre loulou ne l’est pas assez à votre goût. Vous vous dites, ce n’est pas grave je vais aller le chercher pour faire un câlinou dans le canapé en regardant la télé parce que c’est trop agréable. Du moins c’est ce qu’en dit la meilleure copine. Alors peu importe ce que fait Minou, (regarder par la fenêtre, dormir seul dans son panier, marcher en direction du bac ou de la gamelle, jouer) vous l’arrachez à son activité ! Au début vous pensez, il va s’habituer (voir il s’habitue) puisque Minou ne dit rien. ET progressivement, il gronde ou miaule quand vous l’attraper. Vous persévérez, “oh arrête de râler tu aimes ça !” (Mouais…). Il se débat vous l’attrapez donc plus fermement. Vous persévérez encore parce qu’un chat ça doit être câlin. Il vous mord pour vous faire lâcher prise, vous criez, lui donnez une tape sur le nez, ou le prenez par la peau du cou (tout ce qu’il ne faut pas faire évidemment !). Minou pense : “cet humain est imprévisible, agressif. Je dois me méfier ou fuir”. Et là Minou prend ses distances avec vous, vous fuit, s’isole, n’ose plus rien faire même jouer. “Il déprime ?” Et c’est la déception, la colère. “Mon chat ne m’aime pas, ou ,si, juste pour manger”.



Vous voyez où je veux en venir ? Jamais il n’est tranquille, il reste sur le qui-vive, hyper attentif, c’est stressant non ?

 

Quoi faire ? Pour améliorer notre relation une solution possible : prendre dur recul , lâcher prise. C’est en se détachant de toutes nos attentes, nos exigences en oubliant toutes, nos idées reçues et croyances que l’on se détendra. On sera serein. Et là on est assez ouverts pour découvrir ou redécouvrir notre félin adoré. Ensuite (ré)apprenons à le connaître, laissons-le montrer ce qu’il aime, ce qu’il n’aime pas. C’est en le respectant dans son entièreté qu’on retrouverconfiance en soi, confiance en lui et inversement pour Minou. Et vous verrez vous serez ravi de retrouver une relation sereine avec votre chat d’amour, vous (re)découvrirez une réelle complicité entre vous.

Parce que l’éducation positive, bienveillante c’est ça : respecter l’autre. Respecter l’animal qu’il est éthologiquement parlant (et en cela un comportementaliste félin peut vous aider), respecter l’individu qu’il est et que l’on a choisi. Parce que soyons honnête, ils ne choisissent pas vraiment de vivre avec nous. C’est nous qui allons les chercher. Alors on peut bien faire ça pour nos chats : apprendre à les connaître et les respecter tel qu’ils sont pour leur bien-être. Vous ne pensez pas ?

Bien-sûr cela ne résous pas tous les problèmes de comportement. Car ce n’est pas toujours la relation à son chat qui est à l’origine du comportement gênant. Et si le comportement perdure c’est alors qu’il faut faire appel  un comportementaliste félin afin de vous aider. 


 

Anna, comportementaliste félin chez Bonheur Ann’imal

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back To Top