Non classé

Pourquoi votre chat s’occupe autant de son pelage et comment l’aider?

Poils longs, poils courts, ou sans-poils (nu), le chat entretient se toilette. Même quand il n’est pas sale, il se lèche méticuleusement pendant de longues minutes. Mais pourquoi porte-il un si grand intérêt à sa fourrure et à sa peau ? Comment pouvons-nous l’aider à en prendre soin ? Faisons ensemble un petit plongeon au cœur de la toilette de Minou.

 

Après les sorties, après avoir mangé ou avant de dormir, si vous observez attentivement votre chat vous avez pu remarquer qu’il passe du temps à prendre soin de sa fourrure. Ce comportement peut représenter jusqu’à 30 % de son temps d’éveil. Bien sûr on observe des variabilités selon les individus en fonction de l’environnement dans lequel ils évoluent, des stimulations (occupations) qui leur sont proposées, de l’âge, du poids, de sa mobilité, et de sa personnalité.

Ce comportement à la fois inné et à la fois perfectionné auprès de sa maman est organisé de manière de pouvoir atteindre presque toutes les zones de son corps. Et sa souplesse légendaire l’aide beaucoup. Il suit un enchainement bien précis (c’est une séquence comportementale) qui commence par la tête et finit par la queue : c’est l’enchainement céphalo-caudale. Pour se nettoyer la face, Minou à recours au léchage-frottement, c’est-à-dire qu’il se lèche les pattes antérieures (pattes avant) avant de les frotter au niveau de la tête. Sur la région antérieure, puis postérieure on observe à proprement parler le léchage de la fourrure. Mais aussi des petits mordillements et des moments de grattage afin d’atteindre les endroits difficiles (cou et espaces interdigitaux) et de peaufiner sa toilette en retirant des éléments étrangers.

On dit du chat qu’il est un animal propre parce qu’il se toilette. Il y a effectivement une part d’entretien du pelage : retirer les parasites et les impuretés qui auraient pu se fixer sur son pelage au cours de ses explorations, et enlever une partie des poils morts qui encombrent sa fourrure, lui tenant chaud, et empêchant les rayons du soleil de pénétrer sa fourrure pour en fournir tous les bienfaits. D’ailleurs, c’est grâce à sa langue qu’il peut les retirer. Celle-ci est recouvertes de petits picots recourbés (c’est pour cela que sa langue est râpeuse) qui agissent comme les dents des peignes et attrapes les impuretés et les poils morts. Mais là s’arrête l’aspect hygiénique (si je peux dire) au sens où l’humain l’entend.

S’il ne s’est pas lavé comme nous nous prenons des douches c’est parce que le comportement de toilettage a d’autres fonctions souvent méconnues des humains qui partagent leur vie. Il y a donc :

  • Une fonction apaisante. Les activités de léchage stimulent la sécrétions d’endorphines . Cette hormone libérée par le cerveau agit comme un anxiolytique. Donc se lécher, ou lécher la fourrure d’un congénère fait baisser le niveau de stress, de frustration (lorsque Minou n’arrive pas à atteindre son objectif) et participe à l’apaisement des tensions lors des conflits.
  • « une remise à zéro » : Bertrand Deputte (éthologue) pense qu’au cours de sa toilette le chat prélève les marques odorantes qui sont présentes sur son pelage et les remplace par sa propre odeur. Ce qui lui permet de prendre des informations sur son environnement et de se rassurer, de s’apaiser en redéposant son odeur sur lui-même.
  • Une fonction sociale. La maman chat lèche ses chatons dès la naissance pour les nettoyer du liquide amniotique, faciliter leur respiration et les imprégner de son odeur. Cela participe à son développement psychomoteur car stimule les récepteurs sensoriels de la peau. Entre chat adulte d’une même famille ou non, le toilettage mutuel (ou « allo-grooming ») existe également et il renforce les liens affiliatifs qui unissent ces chats et participe aussi à réduire les tensions renforçant ainsi la cohésion du groupe.

 

 

Un inconvénient toutefois : le chat ne digère pas les poils ! Alors dans le système digestifs, ils s’agglomèrent et forment des boules (les boules de poils donc ! ). Régulièrement Minou les régurgite sinon les boules de poils obstruent les voies biliaires.

 

Parce qu’il n’est pas lavé, parce que boules de poils peuvent l’incommoder, et que nous avons aujourd’hui en notre possession suffisamment de connaissance et d’outils, vous pouvez aider votre chat à entretenir sa fourrure. Et pour apporter à Minou les soins nécessaires tout en respectant son intégrité physique et émotionnel nous allons vous parler de son poil et de sa peau. La peau est un organe qui recouvre entièrement le corps et qui est composée de cellules. La peau du chat est en moyenne 240 fois plus FINE que celle de l’humain (25 micromètre contre 6mm) . Certaines zones sont plus fines encore comme le ventre, l’intérieur des cuisses et les aisselles. La peau, toujours rose chez le chat, est plus épaisse chez les mâles que chez les femelles.

La peau est composée de 3 couches :

  • L’hypoderme, situé en profondeur qui soutient les deux autres couches.
  • Le derme, la plus grande partie de l’épaisseur de la peau qui nourrit l’épiderme.
  • L’épiderme, la couche superficielle de la peau, celle que l’on voit. Très peu épaisse, c’est la première ligne de défense contre les agressions environnementales. L’épiderme synthétise les poils grâce aux follicules pileux.

La couche supérieure de l’épiderme, appelée couche cornée a de nombreux rôle dans la bonne santé de Minou : mécanique : par amortissement des chocs et résistance aux tiraillements ; régulation des échanges hydriques ?; protection contre les UV et autres agressions extérieures; immunitaire : défense contre les agents infectieux; thermorégulation : maintien et régulation de la température par le pelage et la vascularisation du derme; rôle sensoriel : démangeaisons, douleur, température, toucher ; et rôle social :les poils pouvent se dresser (grâce aux muscles arrecteurs) et participent à la communication visuel entre chats et aussi avec l’humain. Minou exprime ainsi peur et menace

 

Maintenant, voyons le pelage de Minou et comment se forment les poils !

Dans l’épiderme se trouvent les follicules pileux. Ce sont des petits sacs qui renferment les poils. Les follicules sont créés au stade embryonnaire, ils ne se régénèrent pas s’ils sont détruits. Il est donc primordial d’entretenir correctement la peau et le poil pour préserver le capital pileux. Chaque follicule pileux peut avoir entre 2 à 25 poils ce qui donne une densité de 1800 poils / cm2, contre 150 à 200 cheveux / cm2 chez l’humain, soit 9 fois plus !!

Ils peuvent avoir un poil simple (Angora Turc, Balinais, Abyssin, Bengal), double (la plupart des races de chats) ou triple (Sibérien, Selkirk Rex). Les chats ont donc une fourrure.

On distingue donc 3 types de poils :

  •  Le poil de Jarre , poil primaire ou de couverture. Il est plus tombant, long, sans volume, raide et pigmenté. Il donne sa couleur à la robe. En terme de santé, le poil de Jarre va protéger votre chat contre les agressions extérieures : intempéries mais aussi chaleur, rayons UV du soleil, froid …
  • Le poil de Garde (secondaire, de barbe) : Poil à longueur intermédiaire, souple et plus ou moins épais.
  • Le Sous Poil (secondaire, de bourre ou duvet) : Poil très court, fin, ondulé et dense. Les chats n’ont pas de glandes surrénales, ils ne transpirent pas et c’est le sous poil qui leur permet de réguler la température corporelle.

Minou a également des poils plus grands que les autres avec une vascularisation très développée: les poils tactiles.

  • Les vibrisses, appelées communément les moustaches, sont présentes sur la face : les joues, les paupières supérieures, les lèvres supérieures et les carpes (pattes antérieures).
  • Les tylotriches, présents sur l’ensemble du corps y compris les pattes et la queue.

Les vibrisses ou tylotriches permettent à Minou une détection des vibrations dans l’air qui se créent autour et entre les objets et les êtres vivants entre eux. Ceci lui est rendu possible par les nombreux nerfs partant du bulbe des vibrisses et reliant le cerveau de notre matou. Elles participent donc à la localisation des proies et lui permettent de se déplacer/de sauter dans l’espace alors que son acuité visuelle des objets inertes est moins performante que la nôtre. Les vibrisses sont aussi un outil de communication par le fait qu’elles se situent sur un groupe de muscles faciaux. Son état émotionnel peut ainsi être exprimé (aussi mais par que) avec les vibrisses : sur le côté détendu,  vers l’avant intéressé/attentif, excité, vers l’arrière peur, colère.

Revenons un peu sur le pelage de Minou. Il faut savoir que la croissance du poil est cyclique, et n’est pas identique pour chaque follicule pileux. C’est pourquoi, comme nos cheveux, votre animal ne les perd pas tous en même temps.

Les 3 étapes de la croissance d’un poil :

  • Anagène: la phase de croissance du poil dite active.
  • Catagène: phase intermédiaire ou de régression, le poil se dégénère. Elle dure environ 10 jours.
  • Télogène: phase de repos, le poil est mort, il attend qu’un autre poil entre en phase anagène et l’expulse du follicule pileux.

La durée des phases Anagène et Télogène varient selon plusieurs facteurs (liste non-exhaustive) : la race, la photopériode, l’alimentation, la température extérieure, les saisons, les hormones, la vascularisation, les facteurs de croissance, variation interraciale et interindividuelle. Les mues sont des facteurs très influant sur la vie du pelage de Minou.

En terme de toilettage par l’humain, il est important de connaitre un maximum les éléments qui rentrent en jeux dans la santé de la fourrure de Minou et connaitre les bons gestes à adopter avec les outils adaptés à leur besoin.Sans pouvoir tout énumérer, voici quelques éléments à observer avant de toiletter Minou :L’état de la peau, l’état et la couleur du poil, la composition des cosmétiques adaptée au pH de Minou, les outils de toilettage, etc…L’alimentation, les traitements médicaux, le mode de vie sociale et le tempérament de votre chat sont à prendre en considération également.

 

Nous souhaitons partager avec vous les points essentiels que vous pouvez déjà appliquer chez vous, chaque jour :

  • N’utilisez jamais de brosse sur un chat, toujours un peigne.

En fonction de sa fourrure, le peigne devra être adapté selon l’espacement et la longueur des dents, la finition en arrondi (elles ne doivent pas vous griffer quand vous passez le peigne sur votre bras).

  • Toujours humidifier le pelage de votre chat avant d’appliquer le peigne pour le démêlage. Nous vous recommandons pour cela une lotion démêlante conçue pour le pH de la peau des chats, sans ajout de parfum.
  • N’usez pas de la force, ne tirez jamais sur le poil et allez-y en douceur (petit rappel : la peau de Minou est 240 fois plus fine que la votre).
  • Toujours peigner dans le sens du poil, en commençant par le dessous de la fourrure et en remontant petit à petit, du bas des pattes vers le dos, du bas des flancs vers le dos, du bas du poitrail vers le cou …
  • Attention à bien glisser le peigne dans la fourrure, les dents du peigne ne doivent pas toucher la peau pour ne pas l’abimer, la sensibiliser et la griffer.
  • Les lotions nettoyantes pour les yeux et les oreilles doivent être le plus naturels possible
  • Vous pouvez utiliser des baumes naturels pour les petites affections de la peau.
  • Il est important de bien vous adapter au tempérament de votre chat. Comme vous Minou a ses humeurs, les respecter rendra votre relation meilleure !

 

Ce qu’il faut retenir en 5 points :

  • Minou se lèche mais ne se lave pas
  • Le comportement de toilettage à une fonction apaisante, de remise à zéro et sociale.
  • ON LUI LAISSE SON POIL VIVANT (on retire uniquement le poil mort avec un peigne adapté)
  • La peau est fine, respectons-la, choyons-la en l’hydratant.
  • Vous avez peur de mal faire ou de faire mal, contactez un professionnel qui vous conseillera

 

Soyez toutefois vigilants. Le comportement de toilettage est un comportement fragile qui peut être inhibé ou exacerbé, selon la manière dont le chat va appréhender une modification environnementale, de son quotidien, de son relationnel avec autrui. Chaque chat est différent, a sa propre manière de réagir face à un changement, c’est pourquoi il est important de le surveiller et au moindre comportement inhabituel consulter un vétérinaire et/ou un comportementaliste pour comprendre ce qu’il se passe et l’aider à se sentir mieux. De même, les soins naturels ne substituent pas à un diagnostic médical.

Anna de Bonheur Ann’imal ET Pauline de l’institut Shizen

Sources :

Jessica Serra, dans la tête d’un chat, HumenScience, 2020

Anne-Claire Gagnon, comportement du chat, biologie et clinique, Les éditions du point vétérinaire, 2013

Joël Dehasse, tout sur la psychologie du chat, Odile Jacob, 2008

Sichet Sandy,Sichet Sandy, Analyse de l’organisation séquentielle de l’auto-toilettage chez le chat (Felis silvestris catus), Thèse 2008

https://www.sciencesetavenir.fr/animaux/chats/video-pourquoi-les-chats-se-lechent-ils-autant_12726

Images :

www.pexels.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back To Top